RECHERCHER

Ressuscités avec le Christ !

Ressuscités avec le Christ !

Édito du mois d’avril

 

Frères et sœurs, c’est Pâques ! Qu’est-ce que cela veut dire ? Car il semble indispensable de nommer la réalité d’une manière nouvelle et incidente ! Pourquoi ? Parce que, dans le Christ et avec lui nous sommes nous aussi ressuscités ! Très juste ! Mais alors, posons-nous une question plus cohérente pour que l’on n’aille pas jusqu’à parler du Christ ressuscité au point d’offenser la grandeur d’un Dieu qui est « de manière absolue  » le Dieu de la Vie, de toute éternité Vie, qui est à l’origine de toute vie, Celui qui donne la Vie comme Il le dit lui-même : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean 14,6). Alors Cherchons encore ! Allons-y ! Voyons du côté de notre Credo, notre profession de foi. Qu’affirmons-nous ? : « Crucifié pour nous, sous Ponce Pilate… Il ressuscita… » Pour nous, avons-nous dit ? Oui c’est véritablement « pour nous ». Par sa résurrection, le Christ révèle à l’homme le mystère de sa destinée. Si le Christ est ressuscité, c’est pour nous révéler le projet de Dieu relatif à l’humanité. Car il s’agit pour nous, de toute évidence, d’entrer dans cette dynamique et de « vivre la Résurrection » !

N’est-ce pas là tout le sens du combat mené, tout le temps de carême, en exerçant notre volonté et notre esprit à marcher à la suite du Christ Ressuscité ? Si ! Et maintenant, que dirions-nous d’une définition de Pâques, fête de la Résurrection à la fin d’une longue traversée dans le désert comme nous l’avons chanté dès le mercredi des Cendres, premier jour de carême : «  Avec Toi (Jésus), nous irons au désert, poussés, comme Toi, par l’Esprit ? »  Nous y sommes presque ! Quelle signification, enfin, donnée à Pâques, nous qui avons jubilé à la veillée Pascale, nous qui continuons la route de notre purification dans le quotidien de notre existence ? Pourrions-nous dire ceci : Pâques, pour moi, c’est l’amorce d’un chemin nouveau, aperçu au cœur du désert après une longue marche, vers une oasis, qu’il convient de suivre constamment, résolument,  sans me laisser distraire au risque de mourir de soif ? Un chemin qu’il faut parcourir courageusement avec toute la volonté possible et le secours de Dieu ? 

Peut-être que la définition ne vous conviendrait pas trop ! Mais elle pourrait avoir l’avantage de soutenir notre élan de conversion, de le nourrir, dans la prière, de nous offrir des repères, et finalement de créer une dynamique sans cesse croissante, pour que Pâques, ait une intelligibilité dans notre vécu de chaque jour, pour que Pâques se donne à voir réellement dans notre communauté chrétienne, pour que tous les hommes découvrent quelle espérance nous habite, quelle force et quel Esprit soutiennent notre élan missionnaire comme ce fut le cas avec les Apôtres le jour de la Pentecôte : « Tous furent remplis d’Esprit-Saint : ils se mirent à parler en langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit » (Actes des Apôtres 2, 4). Allons ! Courage, mes frères et sœurs ! Ne ralentissons point les pas ! Le travail est  immense, le temps est court et le champ est vaste !

Bonne fête de Pâques ! Bon temps de Pâques.