Édito d’Octobre 2019

Le Renouveau, octobre 2019, N° 02

Le mois d’octobre, dans l’Église, est souvent appelé le mois du Rosaire. Sûrement parce que le 7, on fait justement mémoire de Notre-Dame-du Rosaire, en souvenir de la victoire remportée en 1571 contre l’empire ottoman, à Lépante, grâce à la récitation de cette prière mariale. Tous les grands saints ont prié le chapelet. « Aucune grâce ne vient du ciel sans passer par les mains de la Sainte Vierge » aimait à dire le Curé d’Ars. Saint Bernard affirmait même avoir converti plus d’âmes par l’Ave Maria  que par tous ses sermons. Quant à Jean Paul II, il fit un jour cette confidence : « La récitation quotidienne du Rosaire, c’est une rencontre à laquelle la Sainte Vierge et moi nous ne manquons jamais. » De fait, c’est Jean-Paul II lui-même, qui, en 2002, de sa propre initiative, décida d’enrichir la prière du rosaire de cinq autres nouveaux mystères, appelés pour la circonstance des mystères lumineux : le baptême de Jésus, les noces de Cana, l’annonce du Royaume, la Transfiguration, l’institution de l’Eucharistie. 

Réciter le Rosaire revient finalement à contempler les mystères de la vie du Christ avec les yeux et sur les genoux de Marie. Et même si nos « Ave Maria » prennent souvent la forme d’une longue suite de distractions, nous restons, mystérieusement, en communion d’amour avec la Sainte-Famille. Réjouissons-nous donc de ce beau mois d’octobre consacré au Rosaire. Dans différents lieux de notre groupement paroissial, ce mois-ci, sera proposé, un jour dans la semaine, la récitation communautaire du chapelet. Si nous le pouvons, ne manquons pas ce rendez-vous.

Enfin, j’attire de nouveau votre attention sur le spectacle de « Mère Térèsa » qui se déroulera à La Roche, les 11-12 & 13 octobre. Si vous souhaitez vous y rendre, pensez à réserver vos places au plus vite (voir p. 7).

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *