La France Prie !

Tous les mercredis, à 18 h 00, près de la statue de la Vierge, rue de la Gare à La Chaize-le-Vicomte.

Au milieu de vagues de confinements très restrictifs et d’une obligation de vaccination, les tensions en Autriche sont en hausse. Fin novembre, Louis-Pierre Laroche, négociant en vins et père de onze enfants, a lancé un appel à prier le chapelet avec d’autres en public, pour l’Autriche. Épuisés par les réponses politiques au COVID qui n’offrent que des restrictions toujours plus importantes, souffrant économiquement, isolés par les fermetures, effrayés et consternés par la perspective d’une vaccination obligatoire, l’appel de Laroche trouve un écho auprès des Autrichiens désireux de se joindre à lui.

Chaque semaine, le mercredi soir, depuis la fin du mois de novembre, dans toute l’Autriche, des personnes ont commencé à se rassembler en public pour prier ensemble le chapelet dans le cadre de l’initiative Österreich betet [L’Autriche prie]. L’appel est simple, mais profond : « Priez pour l’Autriche ! » tous les mercredis soirs, en public, comme l’explique un prospectus,

« afin que notre pays, qui traverse actuellement l’une des crises les plus graves de son histoire, soit confié à la Mère de Dieu et que l’on demande son intercession pour tous les citoyens ».

À partir de ce groupe de prière public local de la taille d’un grain de moutarde, il y a maintenant plus de 100 groupes de prière publique du chapelet du mercredi soir dans toute l’Autriche.

En France, l’initiative se répand comme une traînée de poudre. Ce sont près de 300 groupes qui viennent de s’organiser pour prier le chapelet. Vous pouvez vous y joindre en regardant sur la carte ci-dessous ou en rejoignant le groupe sur l’application Telegram (il y a déjà près de 4000 membres).

Publié par

Père Jérôme M.

Prêtre depuis 2008, je suis actuellement "fidei donum" pour le diocèse de Luçon, curé de 8 clochers. J'ai 46 ans et suis originaire du Sud-Ouest de la France.